AccueilS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Pandora Hearts

Aller en bas 
AuteurMessage
Karuo Kirintai
Nukenin d'Oto
avatar


Feuille de personnage
Expérience:
205/1000  (205/1000)
Affinités : Katon, Futon
Modus Operanti: Pas touche à mon saké!

MessageSujet: Pandora Hearts   Mer 18 Avr - 22:51

J'ai remarqué avec étonnement qu'il n'y avait pas de section réservées aux autres manga et littérature que naruto, donc bon on va poster ici.

J'aimerai ici faire la critique d'un manga que je me suis mis à adorer, à dévorer et qui est vraiment un coup de coeur comme j'en ai rarement eu: Pandora Hearts, dessiné par Jun Mochizuki. J'en ferai ici une critique on ne peut plus subjective, et mettrais en spoiler les éléments qui concernent les scans. Attentions lecteurs fous à lire mes propos, je risque de vous gâcher le suspens des 12 premiers tomes (ceux actuellement sortis en vf)

Tout d'abord, merci à Shioon de m'avoir conseillé de le lire lorsque je m'y suis intéressé (et d'avoir su en faire un condensé dans la forme de ton incarnation de Xerxes Break). Par contre, mon porte monnaie te déteste!! Si tu as quelque chose à y ajouter, n'hésites pas l'ami.

Histoire, Synopsis:

Je vous avouerai être un peu flemmard et décide donc de reprendre le synopsis officiel (source: http://www.ki-oon.com/mangas/minisite-194-pandora-hearts-l-histoire.html)

Citation :
Oz Vessalius, 15 ans, est l’héritier d’un des quatre grands duchés du pays. Le jour de sa cérémonie de passage à l’âge adulte, des bourreaux masqués le précipitent dans un monde sombre et confus, l’Abysse, pour un crime dont il ignore tout.
Dans cette prison à l’écart du temps, il rencontre Alice, une jeune fille aux pouvoirs mystérieux, qui lui propose de nouer un pacte pour l’arracher à ce cauchemar. Mais l’organisation secrète Pandora, qui a pour mission de lever le voile sur les mystères de l’Abysse, attend son retour de pied ferme...

Avis pas du tout objectif et détaillé en plusieurs points par le cinglé de service!

L'histoire:

Honnêtement, je n'ai qu'un vague souvenir de l'adaptation rose et navrante d'Alice au Pays des Merveilles faite par Walt Disney et qui reste pourtant un grand classique de l'histoire originelle de Lewis Caroll.
Pourquoi je vous en parle? Tout simplement parce que Pandora Hearts reprend pas mal d'éléments de ce classique: un individu qui se trouve plongé dans un autre monde où tout est possible. Les Chains ont d'ailleurs tous un nom tiré des habitants du fameux Pays des Merveilles (ou tout autre nom donné dans l'oeuvre que je n'ai pas lu et dont ma dernière vision en dessin animé n'était ni récente ni passionnée), comme le remarquerons les plus observateurs d'entre vous (ou ceux qui, comme moi, on put mettre la main sur le databook), à l'exception évidente d'Alice. Mais n'allez pas croire pour autant qu'il s'agit de l'univers rose et mielleux avec lequel on nous a bassiné étant gamins.
Après tout, le premier tome commence directement par ces mots, prononcés par un étrange individu en robe pourpre: "ton crime est ta propre existence".
De même, l'auteure ne lésine pas sur le sang, surtout lors de l'affaire du "chasseur de tête" ou lorsqu'on explore plus en détail la Tragédie de Sablier (j'aime pas les ciseaux...).

Mais ce qui m'a marqué, c'est le flot inconcevable de questions que nous assiègent. Si certaines ont une réponse assez rapidement, telle que l'identité du mystérieux individus à qui parle Oz à la fin du premier tome dans le souvenir d'Alice, d'autres sont toujours sans réponse claire. Je pense bien sûr au fameux "crime" d'Oz qui n'a eu un élément de réponse que dans le chapitre 70 agrémenté du chapitre 71 (que je n'ai que vaguement survolé en version anglaise au moment où j'écris ces lignes. Pandora Hearts se révèle ainsi être en fait une sorte d'énorme enquête qui traite des innombrables sujets que Jun Michizuki a su intégrer dans l'univers qu'elle a créé: qui est réellement Alice? Quel est son lien avec la Volonté de l'Abysse? Pourquoi Oz est il considéré comme un criminel? Quels secrets Xerxes Break cache-t-il? Qui sont les individus en cape rouge? Gilbert est il un inconditionnel d'Oz ou un homosexuel à tendances pédophiles? Tant de questions qui n'ont pas eu toutes leurs réponses, même si à l'heure actuelle, au chapitre 70 (dernier du tome 17), la plupart des questions initiales ont été en partie ou totalement élucidées, bien que de nombreuses zones d'ombre existent encore.

Pour finir sur ce point, je dirais que l'histoire est tant ficelée et racontée d'une telle sorte qu'une fois plongé dedans, on veut absolument connaitre la suite et on reste le coeur battant en l'attendant... Vous pouvez même pas imaginer mon état au moment où j'écris ça et après avoir lu le chapitre 70 qui, à mon sens, marque un énorme tournant dans la série, voir peut être est le point de départ de sa fin, comme je le crains.

Le dessin:

Bah oui, comment parler d'un manga sans parler de ses dessins? Pourtant, je ne appesantirais pas là dessus car il n'y a pas énormément de choses à dire: c'est beau, très beau même, clair, et surtout simple. On peut remarquer que, hormis pour poser le décors de base ou s'il a une importance (dans la chambre dans les souvenirs d'Alice par exemple), il n'y a quasiment pas d'arrière plan. Un simple détail mais qui ajoute de la clarté à la chose.

Les personnages:

On arrive à, selon moi, un des points forts de ce manga: les personnages. Ceux là sont extrêmement approfondis, ayant tous autant une partie bien claire qu'une partie plus sombre, mystérieuse. L'exemple le plus flagrant qui arriverait à notre cher Shioon serait bien évidement Xerxes Break, et a juste titre car il est très mystérieux et lorsque arrive l'heure de dévoiler ses secrets, il a de sacrées révélations à faire, mais aux vues des derniers scans, je garde comme number one de la dissimulation d'éléments Jack Vessalius, le glorieux héros d'il y a un siècle. Mais je n'en dis pas plus là dessus.

En fait, chaque personnage a un caractère et une place propre dans le manga, et tous sont attachants (excepté Vincent, mais j'ai horreur qu'on s'attaque aux chats, ça doit jouer dans la balance). On sent une volonté de l'auteure a créer un vaste univers où on voit de tout, de cette chère Sharon aussi émouvante que monstrueuse à ce pauvre Reim qui, présenté de prime abord en tant que personnage secondaire, pourrait bien ne pas occuper cette place trop longtemps, sans oublier bien sûr notre ami magicien et prestidigitateur Xerxes.
Les personnages évoluent, progressent, et découvrent des choses qu'ils ne connaissaient pas où qu'ils avaient oublié. Bien sûr, on est ici obligé de parler d'Oz qui va (attention spoiler) petit à petit tenter de laisser tomber sa vilaine manie de se sacrifier pour sois disant ne pas faire souffrir les autres. Concernant l'évolution des personnages, on passera sur Ada, la jeune soeur d'Oz qui, comme dans tout cliché du genre, passe de la gamine de 8 ans à la jolie jeune fille obligée de faire faire ses soutiens gorge sur mesure étant donné la taille du machin!
Ce vaste panel s'ouvre aussi avec les Chains, ces êtres peuplant l'Abysse et qui ont aussi pour certain une volonté propre, bien que la quasi totalité d'entre eux ne veuillent qu'accomplir la volonté de leur maitresse, la Volonté de l'Abysse. Et là, on ne peut que penser aux deux seuls Chains a avoir été vraiment développé: Alice et le Chat du Cheshire qui, étant ainsi "uniques" en un sens, sont désignés par Break comme "proches de la Volonté de l'Abysse". Les Chains peuvent également mettre en évidence la personnalité ou les aptitudes des personnages auxquels ils sont liés (mention spéciale pour le Loir de Vincent qui joue un rôle assez... spécial dirons nous.)
spoil scans:
 
Tout comme dans la vrai vie, on est donc ainsi plongé dans un monde peuplé d'individus haut en couleurs, de râleurs, de sadomasochistes, de schizophrènes, d'occultistes... bref tout ce que l'humain à de bon (et de mauvais!) a offrir est ici représenté.

D'ailleurs, certains personnages sont entièrement faits pour montrer la vilénie et ce qu'il y a de plus malsain en l'homme: certains contractants illégaux mais surtout Vincent Nightray et Zai Vessalius (le père d'Oz).

L'humour:

Peu montré comme tel dans Pandora Hearts, il y est tout de même assez présent, suffisamment pour dédramatiser certaines situations après avoir été tenu en haleine pendant de nombreux chapitres. Ils sont généralement accompagnés de moment qui se veulent émouvants ou concluant une dernière scène, bien qu'une ombre au tableau gâche généralement l'ambiance chaleureuse ainsi provoquée. On ne manquera pas non plus les minis histoires dessinées à côtés et mise entre chaque chapitre, soit inspirées d'un des éléments du chapitre précédent ("des quenelles?" "nan, des jumelles..."/ "tadam! un oiseau est sorti de mon chapeau!") soit "approfondissant" le background ou le passé des personnages (Gil et Break... une vraie histoire d'amour).

L'action:

Des tripes, du sang, du sexe et de la drogue!! *se prend un avion dans la gueule*

Bon plus sérieusement, comme tout shonen qui se respecte, Pandora Hearts est bondé d'action. Pas mal de combats et de scènes violentes, y compris dans des moments qui se veulent calme (merci les éventails!!), mais aussi beaucoup de mouvement, de course (et de course poursuite), bien en rapport avec cette optique du temps compté. Mais l'action est justement assez bien équilibrée avec les moments plus calmes, ce qui donne au manga une ambiance toute à lui.

Les thèmes abordés:

L'optique du temps qui passe inexorablement et qui est compté.
Ce que l'on est réellement; la valeur de soit.
Le mensonge et la vérité
L'amour (forcément, on y échappe pas...)
L'envie de revenir en arrière.

Pandora Hearts propose une vision très mature et réfléchie de tout ces thèmes, et les exploites à juste raison et à juste titre au travers d'Oz bien sûr, surtout pour le temps qui passe (son temps est compté) et pour la valeur qu'il a de lui même, mais également avec les autres personnages principaux.

L'anime:

Comme beaucoup de manga a succès, Pandora Hearts a été adapté en anime. Si j'avais été suffisamment raisonnable et que je m'étais arrêté à l'épisode 22, j'aurai donné un excellent avis dessus: respecte presque parfaitement le manga, la bande son magnifique, le doublage en vo pas mauvais du tout... mais voilà, j'ai osé regarder les épisodes 23 à 25.
Ces 3 épisodes, qui marquent la fin de l'anime à l'heure actuelle, sont, comment dire... lamentables. On passe dans du cliché, dans du déjà vu niais et blasant à souhait. Honnêtement, c'était désespérant. Pourquoi une telle chose? Simple, ces navets surgelés ne sont pas de l'auteure du manga. Désespérant.

Le mot de la fin:

Un manga que je conseil à tous! Hormis l'anime qui laisse un arrière gout amer, j'adore et adhère vraiment, et est vraiment en attente de la suite de cette palpitante aventure qui, je l'espère, arrivera bientôt.
Revenir en haut Aller en bas
http://jdr-terres-dastra.forumgratuit.org/
 
Pandora Hearts
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Shinobi Memories :: Espace détente :: Flood Land :: Discussions-
Sauter vers: